★ A la recherche du diamant rouge ★

Carton début film scolaire "A la recherche du diamant rouge"
©Let It Shine

Bonjour à vous Shiny People !

Je voudrais vous raconter (puisque nous n’avons pu vous montrer le film) comment a été réalisé le film “A la recherche du Diamant Rouge” par et avec les élèves de l’atelier périscolaire Vidéo de l’école primaire Mathis à Paris.

Tout a commencé par une rencontre, celle de Julia C° Les Griottes Voyageuses qui m’a présenté à Naïsivon C° Le Makila.

Puis tout a été très vite, un débrief par mail, une recontre-réunion pré-rentrée scolaire. Trois ateliers prévus pour moi car je n’interviens que sur la fin, quand le film doit être réalisé puis monté.

Je découvre le scénario final la veille pour le lendemain, on a une heure pour tourner, il y a une dizaine d’enfants que je ne connais pas et qui sont relativement excités.

Je n’ai pas eu le temps de faire un découpage technique, ils ont en plus, leur propre idée du film. Il va falloir faire preuve de pédagogie.

Par où commencer, j’embraille sur une idée pédago, ils sont là pour apprendre. Le montage, c’est pas une notion chronologique.

Je décide de démarrer par ça. On va tourner les plans dans le désordre.

Au départ, ils sont un peu déconcertés mais très vite me font confiance et on se lance.

Ils jouent, ils ont des tonnes d’idées, ils sont hyper créatifs. J’essaie de me souvenir de tout.

Il y en a un qui veut un générique à la Star Wars, l’autre veut des bruitages dans tout les sens et enfin, celui qui veut un bêtisier. J’essaierai de prendre en compte les désidératas de chacun, c’est leur film après tout !

J’apprends que finalement, nous n’aurons que deux séances pour tourner, au lieu des trois prévues initialement. Ce qui veut dire deux heures pour tourner le film des enfants. Film qui contient une centaine de plans…

On décide de mettre en boite les scènes importantes et les apartheid de la sorcière.

La semaine prochaine, je ferais un découpage technique. Mais on va être obligé de virer des scènes et avec beaucoup de regret, j’ai du couper dans le scénario des enfants qui était bourré de poésie.

Deuxième séance, avec Julia, on accompagne les enfants comme on le peut, c’est bientôt les vacances scolaires, la fête de l’école approche, Noël aussi et ça se ressent.

On a réussi à mettre en boite tous les plans prévus pour la journée.

Il ne me reste plus qu’à monter.

Je charge mes plans, je dérushe et commence ma sélection suivant le scénario des enfant et de Julia.

Mon ours finit, j’affine et là, je me fais plaisir, je mets des effets spéciaux, des génériques Star Wars, des PIM, POUM, PAM dans la bagarre avec la sorcière et je livre mon film à Julia et Naïsivon dans les temps.

La séance avec le groupe de l’atelier vidéo approche, j’appréhende.

Est-ce qu’ils vont aimer le film ? Est-ce que celle-ci, qui est coquette, va aimer son image ? Est-ce que cet autre va aimer sa voix ?

Autant d’appréhensions qui tombent face à leurs éclats de rire et leurs larmes de joie.

Le film est validé par les enfants, il est distribué à leur plus grand bonheur, même à Coumba qui ne fait que la voix-off par respect pour son image et les souhaits de ses parents.

La projection devant toute l’école se tint la semaine suivante et le rire fut à nouveau au rendez-vous.

Cette expérience aura vraiment été particulière. Travailler avec des enfants a ceci de particulier, qu’ils n’ont aucune limite, qu’ils sont très dispersés mais qu’ils ont une imagination sans borne.

Il a aussi fallu travailler dans des temps très serrés ce qui a ajouté à l’émulation du projet.

La vidéo permet de tourner dans des conditions difficiles, j’en ai à nouveau eu la preuve lors de ce tournage.

Les esprits de Méliès et consorts planent encore un peu au-dessus de nos esprits créatifs et c’est ce que je trouve magique sur chaque tournage. Qu’il soit petit ou grand, il ne se passe jamais comme prévu et il faut faire preuve de beaucoup d’imagination et de patience pour le mener à bien. Une nouvelle aventure à chaque réalisation !!!

 

Love my job ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *